Entrainement par intervalles à haute intensité (HIIT) : quels effets chez les rameurs entrainés ?

28 Nov, 2020 | Articles scientifiques, Tous les articles

La semaine précédente, dans un autre article, nous avons mis en évidence le fait que l’entrainement par intervalles à haute intensité permettait de développer significativement les performances en endurance des cyclistes hautement entrainés. Qu’en est-il pour les autres sports d’endurance ?

Beaucoup d’études ont été effectuées sur la course à pied et le cyclisme, mais très peu dans les sports de rame par exemple. C’est pourquoi, dans cet article, nous allons analyser une étude qui a été réalisée avec des rameurs (aviron).

Un entrainement de type HIT a-t-il permis de développer VO2 max chez des rameurs entrainés ? A-t-il permis d’améliorer les performances chronométriques ? Peut-il jouer un rôle dans l’amélioration de la puissance maximale ?

L’ÉTUDE

L’objectif de l’étude était d’examiner après 4 semaines d’entrainement, l’influence d’un entrainement par intervalles à haute intensité (HIIT) sur les performances en endurance chez des rameurs entrainés.

10 rameurs (5 hommes, 5 femmes) ont participé à cette étude. Ils ont été répartis en deux groupes : un groupe HIT et un groupe contrôle.

  • Groupe HIT : 8 x 2,5 min à 90 % PkPO*. Récupération : 40 % PkPO jusqu’à que la FC soit inférieure à 70 % FC max (lactatémie ne devait pas dépasser 10 mmol.L-1).
  •  Groupe contrôle : entrainement à intensité faible et modérée d’une durée d’environ 60 min (intensité où la lactatémie ne devait pas dépasser 3 mmol.L-1)

À noter que l’étude à durée au total 8 semaines, car après 4 semaines d’entrainement, les groupes ont été inversés pour que chacun des participants puisse effectuer l’entrainement HIT et pour que les chercheurs puissent récolter plus de données.

Tous les athlètes des groupes HIT ont effectué deux séances de HIT par semaine et ont poursuivi leurs séances régulières de faible intensité les autres jours. À noter que toutes les séances de HIT ont été effectuées sur ergomètre (rameurs).

*PkPO = Puissance totale moyenne (voir test)

 LES TESTS

Pour calibrer les intensités des entrainements et évaluer la performance des rameurs, différents tests ont été réalisés sur ergomètre (rameurs) avant le début du cycle :

  • un test de cycle progressif pour mesurer la consommation maximale d’oxygène (VO2max) et la puissance totale moyenne (PkPO).

Pour ce test progressif, les sujets ont effectué 7 sessions de 4 minutes avec incrémentation en respectant les zones cibles. La dernière étape (effort maximal) a permis de déterminer PkPO.

  • un contre-la-montre de 2000 mètres sur ergomètre (rameur) pour évaluer la performance

Ces tests ont été à nouveau effectués à la fin de chaque cycle de 4 semaines pour évaluer la progression des différents paramètres.

LES RÉSULTATS

INTERMITTENT vs CONTINU : QUELS EFFETS SUR LES QUALITÉS D’ENDURANCE ?

Figure 1 : pourcentage d’évolution des différents paramètres après 4 semaines d’entrainements par intervalles à haute intensité

  •  SUR LA VO2 MAX RELATIVE (mL.kg-1.min-1)

Après 4 semaines d’entrainement, les résultats ont montré une augmentation significative des valeurs de VO2 max dans le groupe HIT (+7 %). Pour le groupe contrôle les valeurs ont eu tendance à diminuer.

  • SUR LA PUISSANCE MOYENNE APRÈS 4 MINUTES MAX (PkPO en Watt)

Après 4 semaines d’entrainement, les résultats tendent vers une amélioration (+7 %) des valeurs de PkPO pour le groupe HIT. Cependant, cette amélioration n’est pas significative par rapport au groupe contrôle (+4 %).

  • SUR LA PERFORMANCE (CONTRE LA MONTRE 2000 M)

Après 4 semaines d’entrainement, les résultats ont montré une augmentation significative de la performance en contre-la-montre (-1,9 %). Ce pourcentage ce traduit par un gain moyen de 8 secondes. À noter également que la puissance développée lors du contre-la-montre a été améliorée significativement de 6 %.

CONCLUSION

L’étude de Driller et al., 2009 a permis de démontrer que pour des rameurs entrainés, l’entrainement par intervalles à haute intensité avec une modalité d’entrainement incorporant un effort de 2,5 min à 90 % de la puissance moyenne (PkPO) entrecoupé d’une récupération à 40 % PkPO (jusqu’à ce que la FC soit redescendue à 70 % FCmax) permettait un développement significatif des valeurs de VO2 max et de la performance en contre-la-montre sur 2000 m.

Cette étude vient confirmer les résultats de l’étude de Laursen et al., 2002 sur l’effet d’un entrainement de type HIT sur des cyclistes hautement entrainés. En effet, que ce soit pour des cyclistes, des rameurs, des coureurs à pied et les sports d’endurance en général, l’entrainement par intervalles à haute intensité joue un rôle déterminant dans l’optimisation de la performance sportive.

CE QU’IL FAUT RETENIR DE CETTE ÉTUDE
  • Amélioration significative des valeurs de VO2 max et de la performance en contre-la-montre après un entrainement de 4 semaines en HIT.
  • Amélioration non-significative de la puissance moyenne par rapport au groupe contrôle.
  • La course continue ne permet pas d’améliorer significativement les valeurs de VO2max, de puissance moyenne et la performance en contre-la-montre chez des rameurs entrainés. Elle a même tendance à diminuer certains paramètres.

NOTRE PROGRAMME DÉVELOPPEMENT & PERFORMANCE

INTERMITTENT vs CONTINU : QUELS EFFETS SUR LES QUALITÉS D’ENDURANCE ?

Notre concept vous offre la possibilité de développer vos qualités physiques et physiologiques afin d’atteindre un niveau de performance optimal. À travers ce service, bénéficiez de nombreux conseils, d’une planification adaptée, de séances d’entrainements personnalisées et de formations pour comprendre les différents paramètres de vos entrainements et pour réaliser les exercices en toute sécurité.

Sportsulting, c’est bien plus qu’un coaching, c’est la nouvelle expérience du suivi sportif. N’attendez plus et rejoignez notre club.

Plus

Rejoignez le club Sportsulting

Inscrivez-vous aujourd’hui, profitez des récompenses et de nos nouveaux produits demain.

 

Alexandre VERGNAUD

FONDATEUR – DIRECTEUR GÉNÉRAL

Alexandre Vergnaud est l’auteur des différents articles scientifiques que vous retrouverez sur notre blog.